Séminaire Systèmes complexes en sciences sociales


Henri Berestycki (directeur d'études à l'EHESS)

Jean-Pierre Nadal (directeur d’études à l'EHESS et directeur de recherche au CNRS)

Présentation et informations pratiques pour le séminaire 2015/2016 : voir ici

Programme de l’année 2015-2016

Séances à venir

Vendredi 20 mai 2016 à 15h, à l’EHESS, 105 bd Raspail, salle 5

  • 15h : Jean-Jacques Terrin
    Architecte, Dr. en architecture, Prof. ém. ENSA Versailles, Prof. associé Université de Montréal, Prof. ass. Uni. Tirana, Lab'Urba, Université Paris Est.
    Stratégies de villes face au phénomène d’îlot de chaleur
    Face au réchauffement global, la ville, qui se caractérise le plus souvent par un milieu dense, est soumise à des effets d’îlot de chaleur urbains, facteurs de dysfonctionnements et d’inconfort. Ce phénomène est provoqué par l’accumulation d’un grand nombre de facteurs : urbanisme dense, circulation automobile intense, minéralisation excessive et déficit de végétal et d’eau dans les espaces publics, etc. Parallèlement, divers phénomènes météorologiques tels que les événements pluvieux sont à prendre en considération, tout comme les épisodes de sécheresse et l’incertitude sur les régimes des vents. Les différentes stratégies élaborées par les métropoles pour lutter contre le réchauffement climatique sont partielles et restent largement empiriques. Elles conduisent néanmoins à une remise en cause de l’élaboration de projets architecturaux, urbains et paysagers à différentes échelles.

Vous pouvez retrouver l’affiche de cette séance ici

Vendredi 26-27 mai 2016, lieu inhabituel : Institut des Systèmes Complexes Paris Ile-de France (ISC-PIF, 113 rue Nationale, 75013 Paris http://iscpif.fr)

Colloque : "Approches systèmes complexes des processus de déstructuration et de résilience sociale."

Vendredi 3 juin 2016 à 15h, à l’EHESS, 105 bd Raspail, salle 5

15h : Roberto Casati
CNRS, Institut Jean Nicod
La topologie cachée de Venise

Séances passées

Vendredi 8 avril 2016 à 15h, à l’EHESS, 105 bd Raspail, salle 1

  • 15h : André de Palma
    ENS de Cachan, Université Paris-Saclay
    Structures urbaines non linéaires : de la théorie au modèle de simulation du Grand Paris Express
    Les structures urbaines sont le résultat de forces centripètes et centrifuges. Les villes sont des systèmes ouverts hautement non-linéaires, structurés par ces deux types de processus. Ils s’expriment dans un contexte individuel (le citoyen), familial (prise en compte des interactions avec d’autres membres de sa famille), social (externalités positives et négatives) et professionnel  (par les effets d’agglomération, la productivité du travail dépend de la densité des emplois et des interactions effectives et potentielles).
    Au travers d’exemples, nous mettrons en place quelques pièces d’un puzzle qui possède comme objectif ultime la compréhension et la prédiction de la dynamique urbaine. Pour conclure, nous présenterons une application dans le cadre du Grand Paris.

Vous pouvez retrouver l’affiche de cette séance ici

Vendredi 25 mars 2016 à 15h, à l’EHESS, 105 bd Raspail, salle 1

  • 15h : Laura Hernandez (Université de Cergy Pontoise, Laboratoire de Physique Théorique et Modélisation) & Annick Vignes (ENPS & CAMS, EHESS)
    La confiance influence-t-elle la structure d'un marché ? Une approche écologique de l'organisation des marchés
    Does trust influence markets structure? An ecological approach to market organization
    The influence of trust on the outcome of decentralised markets has been underlined by many authors, although the definition of trust differs from one discipline to another.  Despite these differences, we can agree that trust is a measure of the confidence that an agent or agents will behave in an expected manner. Starting from an empirical analysis of the distinctive Boulogne-sur-Mer fish market (where both buyers and sellers can choose to trade by either bidding or bargaining), we measure the existence of trust on the two market structures. We study both sub-markets as ecosystems, where agents of two different kinds (buyers and sellers) hold  mutualistic interactions which,  in addition to the natural benefits they bring for those directly involved, also contribute to the stability of the market.

Vous pouvez retrouver l’affiche de cette séance ici

Vendredi 18 mars 2016 à 15h, à l’EHESS, 105 bd Raspail, salle 4

  • 15h : Richard Brooks
    Yale Law School
    Correlated Equilibria through Spoken Address: Language and Political Organization
    The talk focuses on the use of verbal address to coordinate behavior and support particular political organization. Basic game theoretical models are presented and are supported with empirical evidence based on the genocide in Darfur.

Vous pouvez retrouver l’affiche de cette séance ici

Vendredi 4 mars 2016 à 15h à 17h, à l’EHESS, 105 bd Raspail, salle 5

  • 15h : Gérard Weisbuch
    CNRS, Laboratoire de Physique Statistique, ENS, Paris
    Développement d'opinions extrêmes en démocratie : une approche par la simulation numérique.
    Une des questions fondamentales posées par Robert Axelrod, est la suivante : “If people tend to become more alike in their beliefs, attitudes and behaviour when they interact, why do not such differences eventually disappear?”. On peut y rajouter : « et comment se fait-il que les opinions les plus extrêmes se développent et se maintiennent dans les sociétés démocratiques ? ».
    Je tenterais d'étudier à partir de simulations numériques les conditions du développement et de l'extension des opinions extrêmes.

Vous pouvez retrouver l’affiche de cette séance ici

Vendredi 22 janvier 2016 à 15h à 19h, à l’EHESS, 105 bd Raspail, salle 1

Attention : Double séance

  • 15h : Alan Kirman
    Professeur émérite à l'Université d'Aix-Marseille III & Directeur d'Etudes à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Marseille
    Counter intuitive learning: an exploratory experiment
    Joint work with Nobuyuki Hanaki and Paul Pezanis-Christou.
    Most of the emphasis in the learning literature is on reinforcing actions which produce positive results. But, in some cases, the success of an endeavor depends on shifting from a currently successful action to others. Think of crop rotating for example. Thus, a question remains as to how people learn to discover whether there is an inter-temporal dependency in the successful choices. We report results of a very simple experiment where subjects repeatedly choose one of four options among three of which a hidden deterministic cycle existed in the way payoffs are generated. We investigate how quickly subjects, who are not informed of such a deterministic payoff generating mechanism, discover the hidden mechanism correctly. Some of our subjects were surprisingly fast to find it and behaved accordingly. Observing the choices, the resulting payoffs, or both made by another subject after each choice in addition to the outcome of own choice significantly facilitated the discovery of the correct pattern only when the other had already discovered the pattern, but not when the other had not. We develop a simple model to show how subjects could switch their exploring behaviour as they learn. Such a switch is often referred to in the psychology and neuroscience literature as an "aha" moment.

  • 16h15 : Stefano Demichelis
    Full Professor, Università di Pavia, Dipartimento di mathematica, Pavia
    Political strategy in candidating for the Presidency in Italy - The role of symmetry and symmetry breaking in communication games
    It is intuitive and obvious to the layman that communication in games where players get better payoffs by coordinating should improve efficiency with respect to games in which agent make their choices in isolation and have to guess what the other partner will do. However, giving a convincing proof of this elementary fact has turned out to be non-trivial. In fact usual techniques from the so-called rationalistic theory, in which agents are assumed to have infinite ability to calculate and remember, are unable to prove the result. I'll explain why.
    On the other side, assuming that agents are only rational to a certain point but able to evolve tends to give more realistic predictions, in several cases. Many author have applied similar techniques to the case above but, to avoid technical difficulties, have introduced ad hoc assumptions of asymmetry between players. Essentially, it is assumed that there is a group of player that can only send messages and another group that can only receive them. This is a strong an unrealistic assumption.
    I will illustrate some of the problems with it using a concrete example. Namely the strategies used by two Italian politicians (Andreotti and Forlani) who candidated for the italian presidency in 1992. The episode is well known in Italy and has been the subject of a famous movie ("Il divo Giulio”).  I will then show how a less superficial analysis, apart from leading to the correct result, gives interesting insights in the origins of conversational and behavioural maxims.

Vous pouvez retrouver l’affiche de cette séance ici

Vendredi 15 janvier 2016 à 15h, à l’EHESS, 190-198 avenue de France, 75013 Paris, 4ème étage, salle 466A/466B (salle de l’ERC ReaDi)

  • K. Y. Michael Wong
    Department of Physics, The Hong Kong University of Science and Technology, Hong Kong
    What Drives Commodity Price to Rise Sharply at Turning Points ?
    To understand the main drivers behind sharp rise in commodity prices with respect to resource availability, we introduce an agent-based model in which agents set their prices to maximize profit. At steady state, the market self-organizes into three groups: excess producers, consumers, and balanced agents. When resources are scarce, prices rise sharply at a turning point due to the disappearance of excess producers. By introducing an elasticity parameter, noises in market data of commodities are significantly reduced and provide evidence of turning points for essential commodities, as well as a yield point for non-essential ones.

Vous pouvez retrouver l’affiche de cette séance ici

Vendredi 8 janvier 2016 à 15h, à l’EHESS, 105 bd Raspail, 75006 Paris, salle 1

  • Guillaume Obozinski
    Laboratoire d'Informatique Gaspard Monge, Ecole des Ponts - ParisTech
    Sélection de variables en grande dimension, modèles parcimonieux et apprentissage de dictionnaires
    Le principe de parcimonie, souvent associé au moine franciscain anglais Guillaume d'Ockham affirme qu'il convient, dans la comparaison de théories, de privilégier les explications et modèles qui s'appuient sur le moins possible de causes, facteurs et hypothèses. Ce principe trouve un fondement mathématique en théorie statistique et dans la théorie moderne de l'apprentissage automatique qui démontrent qu'à une quantité de donnée fixée les modèles plus simples notamment les modèles linéaires avec peu de variables sont mieux estimés alors que les modèles trop complexes ou avec trop de variables peuvent souffrir d'un phénomène dit de surapprentissage, correspondant par exemple à de fausses corrélations ou des coïncidences. L'introduction de la méthode Lasso par Robert Tibshirani en 1996 a déclenché en statistiques et en apprentissage statistique un renouveau d'intérêt et un engouement considérable pour les modèles parcimonieux et les méthodes de sélection de variables. En particulier, le fait que la méthode de calcul de l'estimateur corresponde à un problème d'optimisation convexe a permis de développer à la fois une théorie statistique riche et de susciter des développement en optimisation structurée qui ont conduit à des algorithmes très efficaces. 
    La théorie statistique a permis de montrer que sous certaines conditions, il était possible, pour peu que le nombre de variables effectivement pertinentes soit faible, de déterminer automatiquement lesquelles choisir, même lorsque le nombre de variables candidates a priori est quasi-exponentiel dans le nombre de vecteurs de données disponibles et sans expertise humaine !
    Dans mon exposé, je présenterai les approches principales pour la construction automatique de modèle parcimonieux et les concepts de parcimonie structurée. Je présenterai ensuite les méthodes d'apprentissage de dictionnaires qui permettent d'apprendre automatiquement des représentation parcimonieuses ainsi que leurs applications en imagerie cérébrale, à la modélisation des séries multivariées, à la modélisation de corpus de texte, etc.

Vous pouvez retrouver l’affiche de cette séance ici

Vendredi 18 décembre 2015 à 15h, à l’EHESS, 105 bd Raspail, 75006 Paris, salle 8

  • Thomas Louail
    Research Associate, Institute for Cross-Disciplinary Physics and Complex Systems, University of the Balearic Islands
    Crowdsourcing the Robin Hood effect in the city
    Large cities suffer from strong inequalities in wealth distribution among their neighborhoods. Income inequalities are amplified by the fact that individuals show some limited exploration of the city space when they perform their shopping trips, which gives rise to money flows that reinforce the spatial inequities resulting from residential patterns. Starting from the hypothesis that individuals might be inclined to change the destination of a limited fraction of their shopping trips in order to foster spatial equity, we investigate the consequences of such a bottom-up process at the city scale. To do so we rely on a credit card transactions database that provides geotagged information on the entire set of transactions performed in 2011 by hundreds of thousands of customers living and working in the metropolitan areas of Madrid and Barcelona. Using a simple network rewiring method that preserves the individuals' purchases and reassigns them to businesses located elsewhere in the city, we demonstrate that wealth distribution, spatial mixing and distance traveled can be simultaneously improved in reasonable scenarios that preserve the statistical and spatial properties of human mobility.
    These results suggest that such ICT datasets might support mobile apps that would help citizens to shape more sustainable cities, without depending on any central planning policy.

Vendredi 27 novembre 2015, à l’EHESS, 96 et 105 bd Raspail, 75006 Paris

4ème journée MAGECO- Modèles basés agents en Economie

Organisateurs : Antoine Mandel (Paris 1/ PSE) et Annick Vignes (ENPC/ CAMS-EHESS)

L'inscription est gratuite mais pour des raisons d'organisation, doit se faire avant le 17 novembre auprès de nathalie.brusseaux@ehess.fr


Matin : conférenciers invités. Lieu : salle des Lombards 96 bd Raspail (rdc à droite)

  • 9:30-10:15 Marc Barthelemy (CEA et EHESS)
    "Revisiting urban economics in the light of data: the polycentric structure of cities and the distribution of commuting distances"

  • 10:15-11:00 Vincent Viguié  (CIRED)
    "Cross-commuting and housing prices in a polycentric modeling of cities"

  • Pause-café

  • 11 :30-12h15 Andrea Roventini (Scuola Superiore Sant'Anna)
    "Taming Macroeconomic Instability: Monetary and Macro Prudential Policy Interactions in an Agent-based Model"

  • 12:15-13:00 Angelo Riva (EBS Paris et Ecole d’économie de Paris)
    “Market data and microstructures over the long-run in the Paris Financial Center: the DFIH project”

  • Pause déjeuner

Après-midi : Lieu : salle 13 au 6ème étage (105 bd Raspail)

  • 14:30-15:15 Mauro Napoletano (OFCE, Département Innovation et Concurrence)
    "High-Frequency Trading and the Emergence of Flash Crashes: some regulatory policy experiments"

  • 15:15-16:00 Celian Colon (Ecole Normale Supérieure)
    “Systemic risks and cascading disruptions in complex supply chains“

  • Pause-café

  • 16:30-17:00 Tania Treibich (Université de Maastricht)
    “Expectation Formation, Fiscal Policies and Macroeconomic Performance when Agents are Heterogeneous and the World is Changing“

  • 17:00-17:30 Tomas Balint (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
    “Climate-Policy shocks propagation in electricity market : an agent-based approach“

  • 17:30-18:00 Francesco Lamperti (Scuola Superiore Sant'Anna)
    “An agent-based model for macroeconomic and climate policy analysis and a tool for model validation“

Vendredi 12 juin 2015 à 15h, à l’EHESS, 105 bd Raspail, 75006 Paris, salle 2

  • Mathieu Arnoux & José Halloy
    Mathieu Arnoux (Directeur d'études à l'EHESS) et José Halloy (Professeur de Physique, Université Paris-Diderot), travaillent tous deux au Laboratoire Interdisciplinaire des Énergies de Demain (LIED, Université Paris-Diderot).
    Approche historique et modélisation mathématique des transitions techniques sur la longue durée.
    La question essentielle est celle du caractère scientifique et quantitatif, ou non, de la connaissance historique. Si c’est le cas, il est possible d’en produire des modélisations. Quelles méthodes permettent d’arriver à ce résultat? L’exposé portera sur une recherche en cours consacrée aux transitions techniques. Les deux intervenants ne s’interdiront pas de se contredire mutuellement.

Vous pouvez retrouver l’affiche de cette séance ici

Vendredi 19 juin 2015 à 15h, à l’EHESS

En guise et place de dernière séance, les organisateurs du Séminaire Systèmes complexes vous convient à une journée sur le thème des Réseaux en sciences sociales qui se tiendra ce vendredi 19 juin  dans le cadre des manifestations organisées pour fêter les 40 ans de l'EHESS (http://40ans.ehess.fr/).

  • Page du colloque avec poster ici

Vendredi 22 mai 2015 : PAS DE SEANCE

Vendredi 17 avril 2015 à 13h

Séance co-organisée avec le laboratoire SAMM (Université Paris 1- Panthéon Sorbonne)

  • 13h, salle C20.13, Centre Pierre Mendès-France, Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne, 90 rue de Tolbiac - 75013 Paris
    Tim Evans
    (Imperial College, Department of Physics)
    Archeology and Networks

  • 15h, Salle 7, EHESS, 105 boulevard Raspail - 75006 Paris
    Ray Rivers
    (Imperial College, Department of Physics)
    Was Thebes Necessary? Contingency in Archaeological Network Modelling

Vendredi 3 avril 2015 à 15h, à l’EHESS, 105 bd Raspail, 75006 Paris, salle 5

  • Jerôme Nika et Marc Chemillier
    (CAMS, EHESS & IRCAM)
    Modèle pour l'improvisation musicale homme-machine guidée par un scénario
    En partant du constat que de nombreux répertoires de musiques improvisées s’appuient sur une structure formelle définie avant la performance, l’exposé présentera un modèle d’improvisation musicale homme-machine guidée par un scénario temporel. Le modèle et l’architecture d’ordonnancement décrits dans cet exposé sont implémentés dans le système d’improvisation ImproteK, utilisé à plusieurs reprises avec des musiciens experts.
    Le processus d’improvisation est modélisé comme le parcours d’une mémoire musicale structurée et annotée en suivant un chemin satisfaisant le scénario guidant l'improvisation. Nous exposerons les techniques informatiques employées dans une première partie, et particulièrement comment l’introduction d’un scénario permet d’exploiter les connaissances a priori sur la structure temporelle de l'improvisation afin d'intégrer une anticipation dans le processus de génération musicale.
    Le modèle de génération est autonome et peut être utilisé pour la création de matériau musical dans un processus compositionnel hors-temps. Dans un contexte de performance improvisée, il est intégré dans une architecture permettant la mobilisation dynamique de ces processus prédéfinis. En envisageant la réactivité en tant que révision des anticipations, nous montrerons dans une deuxième partie comment l'ordonnancement des appels au modèle allie l'anticipation permise par la connaissance a priori d'un scénario et la réactivité nécessaire à l'improvisation.
    La généricité de l'association « scénario / mémoire », la possibilité de définir des scénarios dynamiques, et la récente prise en charge de l’audio incitent à explorer d'autres directions que l'improvisation jazz pour laquelle le système a été initialement conçu. Nous présenterons enfin comment des scénarios décrits avec un alphabet spécifique à un vocabulaire musical donné ou en termes de descripteurs musicaux adaptés (par exemple des profils de densité ou d'énergie) peuvent permettre d'aborder de nouveaux modes de guidage de l'improvisation musicale.

Vendredi 27 mars 2015 à 15h, à l’EHESS, 105 bd Raspail, 75006 Paris, salle 2

  • Vittorio Loreto
    (Sapienza University of Rome, Physics Dept., & Institute for Scientific Interchange (ISI), Torino, Italy )
    Triggering novelties and innovation in human activities
    One new thing often leads to another. Such correlated novelties are a familiar part of daily life. They are also thought to be fundamental to the evolution of biological systems, human society, and technology. By opening new possibilities, one novelty can pave the way for others in a process that Kauffman has called ``expanding the adjacent possible''. The dynamics of correlated novelties, however, have yet to be quantified empirically or modeled mathematically. Nowadays, thanks to the availability of extensive longitudinal records of human activity online, it has become possible to test whether everyday novelties crop up by chance alone, or whether one truly does pave the way for another. In this talk I will propose a simple mathematical framework that mimics the process of exploring a physical, biological or conceptual space that enlarges whenever a novelty occurs. The model predicts statistical laws for the rate at which novelties happen (analogous to Heaps' law) and for the probability distribution on the space explored (analogous to Zipf's law), as well as signatures of the hypothesized process by which one novelty sets the stage for another.  These predictions have been tested on four data sets of human activity: the edit events of Wikipedia pages, the emergence of tags in annotation systems, the sequence of words in texts, and listening to new songs in online music catalogues. By quantifying the dynamics of correlated novelties, these results provide a starting point for a deeper understanding of the ever-expanding adjacent possible and its role in triggering innovations in biological, linguistic, cultural, and technological systems. I will highlight several interesting directions ahead, e.g.: the interplay between individual and collective effects, the different mechanisms supposedly leading to innovation as well as the relevant time-scales involved.

Vous pouvez retrouver l’affiche de cette séance ici

Vendredi 13 mars 2015 à 15h, à l’EHESS, 105 bd Raspail, 75006 Paris, salle 2

  • Eric Goles
    (Facultad de Ingeniería y Ciencias, Universidad Adolfo Ibanez, Santiago, Chili, et Le Studium, La Loire Institute for Advances Studies, Orléans)
    Dynamics and complexity of majority decisions: application to discrete segregation social models
    We present some computational complexity results related to the prediction problem in some classes of majority networks. That is, one considers the spreading of an infection on a graph, with a deterministic infection rule specifying under which conditions a vertex becomes infected given the state of its neighbours. The prediction problem is that of computing the stable configuration (fixed point) starting from a given initial configuration.
    We first consider the "majority bootstrap percolation" model : if at least half of the neighbours of a vertex are already infected, then this vertex is also infected, and infected vertices remain infected forever. For this rule, we prove that, given an arbitrary connected graph, the prediction of a state of a vertex is P-Complete (difficult problem) if the family of networks admits maximum degree ≥ 5, and it is in NC (easy problem)  when the maximum degree is  ≤ 4.
    Next, for the infection rule given by the majority function, we prove that the prediction for planar networks remains difficult (P-complete).
    Also we will present the  the pioneer discrete social model proposed in the 40’s by J.M.Sakoda. The social space where interactions occur is a checkerboard lattice with empty sites and two  groups of individuals which moves following positive, neutral or negative attitudes. There are 45 attitudes interactions matrices. We will characterize the dynamical behavior associated to each one.  As a particular case we recover the well known Schelling’s segregation model.

Vous pouvez retrouver l’affiche de cette séance ici

Vendredi 27 février 2015 à 15h, à l’EHESS, 105 bd Raspail, 75006 Paris, salle 2

  • Pierluigi Contucci
    (Dip. di Matematica, Universita di Bologna)
    The concept of  'social action' (Max Weber) from the point of view of the hard sciences
    The seminar will review the concept of "social action" introduced by Max Weber. A quantitative framework based on statistical physics ideas will be introduced with the purpose to identify social action from rich databases on human behaviour of large groups. The relation with the Mc Fadden discrete choice theory, widely used in economics, will be discussed. Two case studies will be illustrated on immigration data and integration quantifiers in Spain and Italy. Some consequences on the social network of trust will be derived.

Vous pouvez retrouver l’affiche de cette séance ici

Vendredi 20 février 2015 à 15h, lieu inhabituel : Institut des Systèmes Complexes Paris Ile-de France (ISC-PIF, 113 rue Nationale, 75013 Paris http://iscpif.fr)

  • Isabelle Guyon
    (ChaLearn & ClopiNet, Berkeley, USA)
    La reconstruction de réseaux : la contribution des Défis en Machine Learning
    Les réseaux d'influence se retrouvent à tous les niveaux des systèmes physiques, biologiques et sociaux: réseaux climatiques, réseaux de gènes, réseaux de neurones, et réseaux sociaux en sont quelques exemples. Ces réseaux ne sont pas seulement descriptifs d’un «état de la nature», ils nous permettent de faire des prédictions telles que la prévision des conditions météorologiques, l'évaluation de l'effet possible d'un médicament, la localisation d’un foyer épileptique, et la prévision de la propagation des épidémies. Ceci nous permet alors d'intervenir pour obtenir les résultats souhaités: évacuer les populations d'une région avant qu’elle soit frappée par un ouragan, administrer un traitement, vacciner, etc. Mais la connaissance de la structure du réseau est une condition préalable à l’application de ces méthodes, et cette structure peut être très difficile et coûteuse à obtenir avec des moyens traditionnels. Par exemple, la communauté médicale s’appuie sur les essais cliniques, qui coûtent des millions de dollars; la communauté des neurosciences analyse des images de microscopie électronique, ce qui prend des années avant d'établir la connectivité de 100 neurones (alors que le cerveau en contient des milliards).
    Cette présentation examinera les avancées qui ont été faits dans les méthodes de reconstruction de réseaux fondées uniquement sur des données d'observation. De grands progrès ont été récemment réalisés grâce à l'apprentissage des machines (machine learning). Nous analyserons les résultats de plusieurs défis que nous avons organisés, qui pointent vers de nouvelles méthodes simples et pratiques.

Vous pouvez retrouver l’affiche de cette séance ici

Vendredi 13 février 2015 à 15h, à l’EHESS, 105 bd Raspail, 75006 Paris, salle 3

  • Bertrand Jouve
    (Directeur de Recherche CNRS, FRAMESPA/IMT - Toulouse)
    Utilisation de la théorie des graphes pour l'étude de données d'histoire médiévale et plus...
    Nous montrons comment des outils classiques ou nouveaux de la théorie des graphes pour l'analyse de réseaux peuvent être utilisés pour étudier des sources médiévales. Le traitement à grande échelle d’informations contenus dans des contrats agraires ou des registres fiscaux (compoix) dès 1250 permet de proposer des formes d'organisations sociales qui apportent de nouveaux points de vue à quelques grandes questions posés par les historiens.

Vous pouvez retrouver l’affiche de cette séance ici

Vendredi 9 janvier 2015 à 15h, à l’EHESS, 105 bd Raspail, 75006 Paris, salle 3

  • Etienne Côme
    (IFSTTAR, Paris)
    Fouille de données billettiques, quelques applications pour l'analyse des mobilités urbaines
    Les traces numériques générées lors de nos déplacements urbains sont multiples, nous nous intéresserons dans cet exposé aux données récoltées par les systèmes de billettiques, en particulier dans le contexte des systèmes de vélos en libre service (VLS) et d'un réseau de transport urbain (concernant l'agglomération Rennaise). La première partie de l'exposé présentera le contexte et les enjeux liés aux questions de respect de la vie privée et de l'ouverture de certaines données en open-data. Nous présenterons ensuite différents travaux d'analyse exploratoire de ces données billettiques à l'aide d'algorithmes de clustering automatique, en nous plaçant dans le cadre des modèles à variables latentes. Nous analyserons ensuite les résultats obtenus et tenterons de montrer comment ces données et méthodes peuvent offrir un éclairage intéressant sur la dynamique des mobilités urbaines.

Vous pouvez retrouver l’affiche de cette séance ici

Vendredi 12 décembre 2014 à 15h, à l’EHESS, 105 bd Raspail, 75006 Paris, salle 3

  • Dominique Cardon
    (Orange Labs)
    Topologie de la visibilité dans les communautés du web
    Cet exposé propose une analyse, conduite avec Camille Roth, des différentes formes de communautés de l’Internet et des trajectoires permettant d’y acquérir de la visibilité. Notre approche s’appuie sur un corpus de sites et blogs français étiquetés dans une communauté en fonction de leur thématique principale (technologie, maison, cuisine, politique, etc.). A partir d’un modèle proposant une caractérisation des sites en fonction des liens entrants et sortants à l’intérieur ou à l’extérieur de leur communauté, nous proposons une cartographie des différentes positions structurales au sein des communautés et une approche dynamique des trajectoires des sites au sein de cette carte au cours des 15 derniers mois. Cette recherche permet de mettre en évidence l’opposition entre deux manières de capitaliser de l’autorité sur Internet : soit par la construction d’échanges numériques au sein de sa communauté, soit en exploitant au sein de sa communauté une notoriété construite à l’extérieur d’Internet. Ce modèle descriptif permet de conduire une analyse sociologique de la variété des ressources (autorité relationnelle, prestige, soutien institutionnel ou marchand, médiatisation, etc.) mobilisées pour construire la réputation d’un site sur le web. Derrière le terme unifiant de « communauté », il est ainsi possible de dégager des structures topologiques différentes en fonction du thème qui rassemble les sites ou blogs dans le même ensemble. Une analyse compréhensive des communautés Politique, Cuisine et Technologie permet d’illustrer cette variété et de donner des exemples de trajectoires conduisant à la célébrité.

Vous pouvez retrouver l’affiche de cette séance ici

Vendredi 28 novembre 2014 à 15h, à l’EHESS, 105 bd Raspail, 75006 Paris, salle 3

  • Christian Borghesi
    (Laboratoire de physique théorique et modélisation - Université de Cergy-Pontoise)
    Effets de taille quasi universels dans les groupes : élections locales et nombre de représentants
    L'étude quantitative dans dix pays de la participation électorale dans les élections locales, lorsque l'élection ne concerne que le groupe de votants, a montré une statistique quasi universelle en fonction de la taille de la population. Ces résultats s'accordent avec une distribution hiérarchique des groupes en sous-groupes, dans laquelle un groupe de N agents serait constitué d'environ Nδ (avec δ ≈ 1/3) sous-groupes. Curieusement, cette forme de répartition des groupes en sous-groupes se retrouve dans le nombre de représentants démocratiques que se dote une population donnée, et ce aux échelles municipale, régionale et nationale. Ce séminaire pourra susciter une discussion sur l'origine possible de cette loi de décomposition des groupes en sous-groupes.

Vous pouvez retrouver l’affiche de cette séance ici

Jeudi 17 juillet 2014 à 14h30, à l’EHESS, 105 bd Raspail, 75006 Paris, salle 8

Mini-symposium "Some examples of networks in economics"

(Talks: 30mn + 15mn discussion)

  • 2:30 pm : Sanjeev Goyal (Professor of Economics, University of Cambridge, Visiting Professor at University Paris 2 Panthéon-Assas)
    Competing chance
    Supply, servive and trading chains are a defining feature of the modern economy. We develop a model of pricing in chains. Our analysis provides a mapping of the network structure of chains to market power and helps us understand pricing, profits and the patterns of trade.

  • 3:15pm : Jihan Ghrairi (CRED, Université Paris 2 Panthéon Sorbonne) & Annick Vignes (ENPC & CAMS)
    "Youth, how did you find your job?"
    This article aims to study youth employability. We focus on the way young people found their job, analyzing the determinants of job access channels. We use the youth sample of the French Labor Force Survey ("Enquête Emploi", INSEE): analyzing two samples, one before the crisis (2007) and the second one during the crisis (2010), we find that the successful ways of getting a job changed. We observe a reinforcement of the social networks role: when young graduates often access to their current jobs through direct applications and professional networks, less qualified job seekers get their job thanks to their personal network. Using a multinomial logit model and controlling for selection, we find that when people get older, the effect of personal social networks decrease when the effect of professional network gets reinforced. This result goes a little bit further the ones of Granovetter or Van der Leij and Goyal concerning the links between social networks and job market.

  • 4:00 pm : Break

  • 4:30 pm : Sandro Sapio (Professor of Economics, Università degli Studi di Napoli 'Parthenope')
    Do collaborations enhance the high-quality output of scientific institutions? Evidence from the Italian Research Assessment Exercise
    In this paper, we analyze the effects of research collaborations on the scientific output of academic institutions, drawing on data from the first official Italian research assessment exercise. We measure the scientific performance of a research unit as the number of publications that received an excellent grade in the evaluation process. Different aspects of scientific collaboration are taken into account, such as the degree of openness of a research team towards other institutions and/or countries, the frequency of co-authorships, and the average size of co-authoring teams. Using econometric models for count data, we find that greater and more frequent knowledge exchange resulting from collaboration with external or foreign colleagues increase researchers’ productivity.

  • 5:15pm : End of the mini symposium

Vendredi 13 juin 2014 à 15h, à l’EHESS, 105 bd Raspail, 75006 Paris, salle 7

  • Masayasu Mimura
    (Special appointment professor, Meiji University)
    Self-organization in ecosystems:  Vegetation patterns in water-limited systems
    The term of self-organizing was originally introduced by Ross Ashby[1] in 1947, who was an English psychiatrist and also a pioneer in cybernetics. Nowadays, self-organizing behavior has been observed in many disciplines in not only natural sciences but also social sciences such as social information[3] and economics[4].
    Turning to biology, especially to developmental biology, our understanding of  regulated but complex patterns in biological systems has been deepened over the past ten years. Especially, collaborative research of experimental and theoretical works has gradually discovered the mechanism how self-organized complex patterns are generated in far from equilibrium systems. It has been reported that genetics does not always reveal the occurrence of such patterns and even simple systems may generate regular as well as chaotic irregular patterns in a self-organized way. Particularly,  self-organized patterns” are observed in biological systems. In this talk, I will talk on, localized patterns in dryland vegetation arising in ecosystems.lectif.

    REFERENCES
    [1] Ashby R.: Journal of General Psychology 37, pp.125~128, 1947
    [2] Nicolis G. and Prigogine I.: Self-Organization in Non-Equilibrium Systems, Wiley (1977).
    [3] Haken. H.: Information and Self-organzation, Springer (1988)
    [4] Krugman P. R.: Self-organizing Economy, Cambridge, Mass., and Oxford: Blackwell Publ. (1996)

Vendredi 23 mai 2014 à 15h, à l’EHESS, 105 bd Raspail, 75006 Paris, salle 4

  • Alexandre Delanoë
    (CAMS, ISC-PIF)
    Structure et dynamique des discussions en ligne
    Le cas des listes de discussions électroniques d'un projet de système d'exploitation libre (Debian).
    Les listes de discussions électroniques du projet Debian rassemblent près de 20 ans d'archives. Que ce soient l'entraide entre utilisateurs ou l'organisation du projet par les développeurs, au niveau international ou langue par langue, les listes enregistrent les échanges de messages électroniques entre experts informatiques sur des discussions plus ou moins courtes.

    L'étude du format spécifique aux listes de discussions publiques permet de faire état de la structure et de la dynamique des discussions en ligne que nous présenterons en trois temps.

    Tout d'abord, nous rendrons compte des pratiques des contributeurs: la forme des fils de discussions constitue une ressource pour les participants. Ils l'utilisent pour interpréter les séries d'interventions et se coordonner dans les flux de messages.

    Ensuite, nous montrerons comment mesurer la structure des fils de discussions. Le fil est compris comme une séquence de messages reliés en réseau d'interactions.

    Enfin, en réalisant une étude statistique descriptive, exhaustive et diachronique de l'ensemble des données disponibles des archives, nous verrons dans quelle mesure la structure des discussions en ligne permet de caractériser les contributions au projet aussi bien au niveau individuel que collectif.

Vendredi 11 avril 2014 à 15h, à l’EHESS, 105 bd Raspail, 75006 Paris, salle 7

  • Maël Montévil
    (IHPST, CNRS)
    La notion de mesure : de la physique à la biologie
    Dans chaque théorie physique, la mesure, en tant que lien entre modèle et l'empirie, a un sens précis et adapté au cadre théorique. En biologie, cette question n'a que peu été étudiée, ce qui contraste avec la richesse et la spécificité méthodologique des approches expérimentales. Nous proposons ici, dans le cadre d'une caractérisation des spécificités de l'objet biologique, d’appréhender la mesure biologique comme co-constituant l'objet observé au sens où le résultat de la mesure dépend de, et parfois agit sur, les régularités et en particulier l'histoire de l'objet en un sens précis que nous développerons.

Vendredi 14 mars 2014 à 15h, à l’EHESS, 105 bd Raspail, 75006 Paris, salle 4

  • Emmanuel Faure
    (Ecole Polytechnique)
    Reconstruction des dynamiques multi-échelles de la morphogenèse animale
    La reconstruction des dynamiques multi-échelles de la morphogenèse des organismes vivants est devenue un enjeu majeur pour la bio-médecine. Le développement d’un organisme multi-cellulaire est le résultat de phénomènes biomécaniques multi-échelles complexes. L’échelle cellulaire est un niveau d’intégration fondamental aussi bien pour l’étude de la biomécanique que pour les processus de réactions-diffusions. La plateforme BioEmergences vise à reconstruire les dynamiques multi-échelles de la morphogenèse des organismes et à mesurer les différences et les similitudes entre les individus, aux différentes échelles, tout au long de leurs individuations. Depuis les données d’imagerie obtenues par acquisition en microscopie multi-photons, jusqu’à la modélisation des comportements cellulaires par l’approche des systèmes complexes, nos travaux se situent dans un cadre intrinsèque d’interdisciplinarité. Mon approche théorique propose la thèse que la reconstruction du lignage cellulaire vue comme un processus de branchement spatio-temporel fournit l'ensemble des morphodynamiques cellulaires. J’aborderais notamment lors de cette présentation une stratégie de reconstruction phénoménologique du lignage cellulaire fondée sur des méthodes probabilistes. De plus, à partir de différentes analyses de comportements cellulaires, je montrerais un modèle computationnel du développement du poisson zèbre au cours des phases précoces de l’embryogenèse, fondé sur l’ensemble des caractéristiques mesurées.

SÉANCE ANNULEE Vendredi 28 février 2014 à 15h, à l’EHESS, 105 bd Raspail, 75006 Paris, salle 7

SÉANCE ANNULEE Vendredi 31 janvier 2014 à 15h, à l’EHESS, 105 bd Raspail, 75006 Paris, salle 8

Plusieurs d'entre nous seront aux "Journées de physique statistique" (ESPCI, 75005 Paris),
http://comphys.ethz.ch:8080/jstat/home

Vendredi 17 janvier 2014 à 15h, à l’EHESS, 105 bd Raspail, 75006 Paris, salle 3

  • K. Y. Michael Wong
    (
    The Hong Kong University of Science and Technology, China)
    Polymers, Message Passing, and London Underground Routes
    Route planning is important in many applications, ranging from subway traffic to Internet communication. The challenge is to optimize the path choices of all subscribers taking into account that they are competing for the same pool of resources. From the statistical physics point of view, there is an analogy between interacting polymers and route planning. Polymers that repel each other are similar to path choices that avoid each other. Thus, understanding the behavior of repelling polymers gives us insights on how to reduce congestions in traffic networks. Conversely, polymers that attract each other are similar to concentrating path choices, and give us insights on how to consolidate traffic during off-peak hours. We use this analogy to analyze properties of optimized traffic networks and derive routing algorithms. The routing algorithm operates by having nodes in the network exchanging messages among themselves. We apply the algorithm to traffic data obtained from Oyster cards of the London Underground network, and found that it outperforms state-of-the-art algorithms in terms of congestion reduction.

Vendredi 20 décembre 2013 à 15h, à l’EHESS, 105 bd Raspail, 75006 Paris, salle 3

  • Sebastián Gonçalves
    (Instituto de Física, Universidade Federal do Rio Grande do Sul,
    Porto Alegre, Brésil)
    Optional Public Good Games: the role of group size on cycles
    Optional Public Good Game can be a useful model of many human social dilemmas, as can be found in the use of public services in general, or environmental related or society related activities. In this talk I will present a thorough analysis, by means of simulation, of the conditions for the emergence of spontaneous cooperation, being as coexistence in steady equilibrium states or as alternate dominance of each strategies in a paper-rock-scissors (R-P-S) fashion. Such analysis states clearly each of the possible scenarios in terms of the multiplication factor of the public good, which is the key parameter, and the group size. Other factors as the role of topology and memory  in the appearance of R-P-S cycles will be addressed.

Vendredi 6 décembre 2013 à l’EHESS, 105 bd Raspail, 75006 Paris (13h30 – 16h: amphithéâtre François Furet ; 16h30 – 18h30: salle 08).

  • Séance spéciale :
    Social and economic propagation in complex systems

    This one day (or, rather, long afternoon) workshop will discuss issues related to diffusion of crime, and to propagation of opinions, especially in economics context.

    Program:

    1:30pm
    Andromachi Tseloni (Loughborough University)
    Changes in security devices effectiveness and burglary trends in England and Wales

    2:20pm
    Guillaume Deffuant (Irstea)
    The Leviathan model: mixing gossips and vanity in opinion dynamics

    3:10pm
    Richard Brooks (Columbia University)
    Connectivity and urban crime

    4-4:30pm
    Coffee breack
    (Room 08)

    4:30pm
    Nancy Rodriguez (Stanford University)
    The effect of social preference, mobility, and the environment on segregation and crime

    5:20pm
    Serge Galam (CNRS)
    The pitfalls of market efficiency from a sociophysics viewpoint

    7pm
    Coktail reception (
    Université Paris-II Panthéon-Sorbonne, 12 place du Panthéon, 75005 Paris, Room Goulencourt)

    This workshop is organized thanks to financial support from:
    PEPS CNRS Modélisation cinétique pour la dynamique des marchés et de l'opinion (Kindymo)
    PEPS CNRS Propagation d'actes incivils (Paix)
    CAMS (EHESS & CNRS)
    CRED (Univ. Paris-II)
    LJLL (UPMC & CNRS)
    RNSC, network HumanICT
    ERC Advanced Grant ReaDi

    Participation is free of charge,
    but please register here : http://sepcos13.sciencesconf.org/
    (click on "create account" and follow instructions - this does not really create an account: it just adds your name to the list of registered participants).
    The evening coktail is open to all registered participants.

Vendredi 22 novembre à 15h, à l’EHESS, 105 bd Raspail 75006 Paris, salle 3.

  • Annick Vignes
    (Directeur de recherche, IRSTEA)
    Qualité espérée, coût de recherche et signaux de qualité
    L'analyse de marchés avec biens hétérogènes en qualité est une des questions importantes de l'économie industrielle. Quand les produits sont différenciés, il peut exister une situation d'information asymétrique, avec des consommateurs n'étant pas en mesure de bien estimer le niveau de qualité ou les caractéristiques des biens mis en vente. De nombreux modèles expliquent comment les consommateurs améliorent leur information, à travers un processus de recherche ou en se fiant aux différents signaux de qualité. Après un bref survol de ces modèles, je m'attarderai, dans ce séminaire, sur les résultats de Wiggins et Lane (AER, 1983) qui montrent en quoi le risque, généré par l'imperfection des marchés, affecte les décisions de consommateurs riscophobes. Une discussion des hypothèses suivra.

Vendredi 15 novembre à 15h, à l'EHESS, 105 bd Raspail 75006 Paris, salle 3.

  • Daniel Bennequin
    (Institut de Mathématiques de Jussieu, Paris 7, et LPPA)
    Invariance et adaptation
    L'adaptation est une propriété essentielle des systèmes vivants. L'exposé se propose de définir un cadre mathématique (issu des systèmes dynamiques) pour décrire ce qu'est cette adaptation. Les notions centrales sont celles d'homologie et de déploiement. Dans ce cadre la notion d'invariance apparait naturellement. Le but est de mieux comprendre le fonctionnement des systèmes sensoriels et moteurs des animaux, et la nature du code neuronal adapté. Des exemples seront présentés, dans le système visuel (comme la couleur), le système vestibulaire, le système auditif ou le contrôle moteur, mais la notion d'objet (multisensorielle et motrice) sera aussi discutée.

Vendredi 12 juillet 2013, à 15h,
à l’EHESS – au France, 190 avenue de France, 75013, salle 1.
Séminaire coorganisé par le CAMS (EHESS-CNRS) et l'ERMES (Univ. Paris II).

  • Richard Brooks
    (Charles Keller Beekman Professor of Law, Columbia University, http://www.law.columbia.edu/fac/Richard_Brooks)
    Titles and address: a legal and economic analysis
    Abstract: This talk explores the ways in which law regulates behavior by influencing how we address one another. This simple, often mundane, act of civility, deference, insolence or contempt is an essential aspect of social order. Titles and forms of address are common in cultures throughout the world. There is a reason for this. They are elemental features of society. Titles and address coordinate behavior from the ground up, subtly yet forcefully guiding individuals through everyday encounters. Recognizing the prevalence and salience of this guidance, particularly in the context of authority, legal and political actors have and continue to exploit titles and address for various ends. I discuss the failure of contemporary human rights law to appreciate the effects of address in coordinated acts of violence.

    Ce séminaire tiendra lieu de séance supplémentaire, et de clôture, du
    Séminaire Systèmes complexes en sciences sociales du CAMS.
    http://cams.ehess.fr/document.php?id=979

Vendredi 14 juin, 15h30-17h, à l’EHESS - 105 bd Raspail 75006, salle 1.

  • Jean-Louis Dessalles 
    (Telecom ParisTech, CNRS UMR 5141)
    La stabilité évolutionnaire de la conversation humaine
    (ou Comment la communication d'informations futiles peut se révéler essentielle)
    Résumé : Les humains conversent à propos de situations futiles, dès lors qu’ils peuvent les voir comme inattendues. Une telle stratégie demeure encore inexpliquée en termes de théorie des jeux, car le bénéfice qu’en retire le locuteur reste difficile à déterminer. Je montre que dans le contexte bien spécifique qui est celui de notre espèce, la propension à communiquer des informations futiles peut être une stratégie stable pour tous les locuteurs. Ce résultat reste valide même lorsque l’acquisition de cette information présente un coût significatif et que le fait de la communiquer ne procure aucun bénéfice matériel, ni au locuteur, ni au destinataire. Dans le modèle, le fait d’émettre des messages pertinents permet au locuteur de vanter sa capacité à produire cette information. 

Vendredi 24 mai à 15h30, à l’EHESS - 105 bd Raspail 75006, salle 3.

  • Jean-Baptiste André
    (Laboratoire Ecologie & Evolution, CNRS-ENS)
    La coopération réciproque : pourquoi elle est rare et comment elle peut (parfois) évoluer
    Abstract : A paradox in social evolution theory concerns the gap between theoretical and empirical results regarding reciprocal cooperation. On one hand, models show reciprocity should evolve easily in a wide range of circumstances. On the other hand, empirically, few clear instances of reciprocity (even in a broad sense) have been found in non-human animals. In the first part of this talk, I will propose and evaluate a novel hypothesis to resolve this paradox. I propose that it is difficult for reciprocity to evolve because it raises an evolutionary problem of bootstrapping: it requires that two complementary functions, (i) the ability to cooperate and (ii) the ability to respond conditionally to the cooperation of others, arise together and reach a significant frequency, whereas neither of them can be favored in the absence of the other. I will present a multi-locus model showing that, for this reason, the evolutionary emergence of reciprocal cooperation is highly unlikely. The second part of the talk will then be devoted to resolving the opposite paradox. If a boostrapping problem shall prevent the evolution of reciprocal cooperation, then we need to explain how reciprocal cooperation has been able to evolve in a few instances outside humans and, at the very least, in the human species. On the basis of mathematical modeling, I will show that reciprocal cooperation can play an autocatalytic role, a very little amount of reciprocity yielding the eventual emergence of full-fledged reciprocity. I will show how this simple principle, and the strong constraints that it entails, explain very well the specific nature of the few instances of reciprocity that we find outside humans, and how it applies, in a generalist manner, to the human species.

Vendredi 26 avril à 14h30-17h30, à l’EHESS - 105 bd Raspail 75006, salle 1

  • 14h30
    Olivier MORIN

    (Département de Sciences Cognitives, Université d'Europe Centrale, Budapest )
    Questions de démographie culturelle
    Résumé : La succession des générations humaines a servi de base aux toutes premières tentatives visant à construire des modèles plus ou moins mathématisés de l'évolution culturelle (de Machiavel à Augustin Cournot). Les raisons qui firent échouer ces modèles sont trop nombreuses pour qu'on les détaille, mais leur échec n'épuise pas la question des générations culturelles. Après un bref panorama de l'état de la question en modélisation et en sciences cognitives, on présentera un outil statistique simple permettant d'évaluer la part du changement générationnel dans un changement culturel donné. Cet outil sera appliqué à la pose des modèles dans les portraits de la Renaissance. Elle subit, au cours du seizième siècle, un certain nombre de changements, qui ne se révèlent que sur une longue durée, et qui sont soit passés relativement inaperçus, soit restés inexpliqués. Par exemple, le regard des portraits se dirige, avec le temps, vers le spectateur, et les portraits d'hommes cessent de montrer le profil gauche plutôt que leur profil droit. Le premier de ces changements est entièrement dû au renouvellement des générations de peintres : connaître l'année de naissance d'un peintre permet mieux que toute autre variable, de prédire la pose de ses modèles. Cet outil peut corroborer des hypothèses psychologiques avancées pour expliquer ces changements.

    16h
    Sanjeev GOYAL

    (Professor of Economics, University of Cambridge, invité par l'Université Paris 2)
    Trading in Networks: Theory and Experiment
    Abstract : Intermediation is a prominent feature of economic production and exchange. Two features of intermediation are salient: coordination among traders between the ‘source’ and the ‘destination’ and competition between alternative combinations of intermediaries. We develop a simple model to study these forces and we test the theoretical predictions in experiments. Our theoretical analysis yields a complete characterization of pricing equilibrium in networks. There exist both efficient and inefficient equilibria, suggesting a key role of coordination among intermediaries. Strategic interaction leads to either buyer and seller retaining all surplus or intermediaries extracting all surplus. We develop conditions on network structure under which these different extremal outcomes arise, respectively. Laboratory experiments show that efficiency prevails in almost all cases: so traders are successful in coordination. Subjects coordinate on extreme surplus division. Finally, experiments highlight the role of network structure in determining pricing and the division of surplus among intermediaries.

Vendredi 12 avril à 15h30, en salle de séminaire du Laboratoire Jacques-Louis Lions (salle 15.16.309), campus Jussieu (UPMC - Paris 6)

  • Groupe de travail "Humaniste" commun au LJL (UPMC), au MAPMO (Univ. d'Orléans) et au CAMS
    Annick VIGNES

    (Univ. Paris 2)
    One market, two designs: much ado about nothing?
    The case of the Boulogne-sur-
    Mer fish market
    Abstract : After a long period of functioning as an auction market, the Boulogne-sur-Mer fish market has been reorganized into two different sub-markets - one negotiated, the other an auction - and people can freely choose where to sell their merchandise. First empirical results show that sellers strategically choose which market to go on. They confirm that for better-informed sellers, pairwise transactions can be more interesting. They also show that the goods of better quality are sold at a higher price on the negotiated market. Looking at the period of  reorganization, it appears that, after a short transition phase, the market has stabilized in terms of the distribution of quantities. An econometric fixed-effects model suggests that after a certain time, there is price convergence between the two sub-markets.

Vendredi 8 mars 2013 à 15h30, à l'EHESS - 105 bd Raspail 75006, salle 1

  • Richard G. MORRIS
    (IPhT, CEA, Saclay)
    Transport on coupled spatial networks.
    Abstract: Transport processes on spatial networks are representative of a broad class of real world systems which, rather than being independent, are typically interdependent: from so-called smart power grids - which couple electrical distribution networks with ICT control networks -, to critical infrastructure networks, such as food and water supply, transport, fuel, and financial transactions systems. We are interested in characterizing the structure of such coupled networks in relationship with their efficiency and robustness properties. We propose a measure of utility to capture key features that arise when networks are coupled together. The coupling is here defined in a way that is not solely topological, relying on both the distribution of sources and sinks, and the method of route assignment.
    Using a simple model, we explore relevant cases by simulation. For certain parameter values, a picture emerges of two regimes. The first occurs when the flows go from many sources to a small number of sinks. In this case, network utility is largest when the coupling is at its maximum and the average shortest path is minimized. The second regime arises when many sources correspond to many sinks. Here, the optimal coupling no longer corresponds to the minimum average shortest path, as the congestion of traffic must also be taken into account. More generally, results indicate that coupled spatial systems can give rise to behavior that relies subtly on the interplay between the coupling and randomness in the source-sink distribution.
    Joint work with M. Barthélémy (IPhT, CEA & CAMS, EHESS)

Vendredi 22 février 2013 à 15h30, à l'EHESS - 105 bd Raspail 75006, salle 1

  • Stefano Demichelis
    (Dipartimento di matematica, Universita di Pavia)
    Quelques applications de la théorie de jeux a la pragmatique linguistique.
    Résumé: Dans ce séminaire j'exposerai quelques modèles pour la communication linguistique. Je montrerai comment, à partir de considérations évolutives, on peut déduire une partie des maximes de Grice (qui expriment que tout échange conversationnel exige un minimum de coopération linguistique),  et je discuterai les extensions possibles de ces résultats.

Vendredi 15 février 2013 à 15h30, à l’EHESS - 105 bd Raspail 75006, salle 2

  • Prof. Hiroshi Yoshikawa
    (Faculty of Economics, University of Tokyo)
    Stochastic Macro-equilibrium and Microfoundations for the Keynesian
    Economics
    Abstract: In place of the standard search equilibrium, this paper presents an alternative concept of stochastic macro-equilibrium based on the principle of statistical physics. This concept of equilibrium is motivated by unspecifiable differences of economic agents and the presence of all kinds of micro shocks in the macroeconomy. Our model mimics the empirically observed distribution of labor productivity. The distribution of productivity resulting from the matching of workers and firms depends crucially on aggregate demand. When aggregate demand rises, more workers are employed by firms with higher productivity while at the same time, the unemployment rate declines. The model provides correct micro-foundation for Keynes’ principle of effective demand.

Vendredi 25 janvier 2013 à 16h, à l'EHESS - 105 bd Raspail 75006, salle 1

  • Aurélien Hazan (LISSI, Univ. Paris-Est Créteil) et Julien Randon-Furling (SAMM, Univ. Paris-1 Panthéon-Sorbonne)
    Ségrégation urbaine : un modèle de Schelling avec mobilité sociale et spatiale
    Résumé: Nous rappellerons les principales caractéristiques du modèle de ségrégation urbaine conçu par T.C. Schelling, dans lequel des agents de deux types (A et B) se déplacent sur un échiquier suivant leurs préférences en termes de voisinage.  Nous examinerons ensuite le comportement d'un système stochastique inspiré de ce modèle, mais évoluant selon une dynamique mixte : l'une de type Schelling et l'autre dans laquelle une certaine proportion des agents présents dans le système sont susceptibles de changer de type au cours du temps (un tel changement peut par exemple correspondre à une forme de mobilité sociale). Nous trouvons notamment qu'une faible proportion de tels agents peut suffire à empêcher la ségrégation.

  • L'exposé sera en anglais.

Vendredi 11 janvier 2013 à 15h30, EHESS - 105 bd Raspail 75006, salle 1

  • Yukio Koriyama (Département d’économie, Ecole Polytechnique)
    Optimal apportionment
    Résumé: Ce papier fournit une base théorique qui soutient le principe de proportionnalité dégressive des problèmes de répartition, e.g. la répartition des sièges dans un parlement fédéral. L'utilité attribuée par un individu à une règle constitutionnelle est une fonction de la fréquence avec laquelle chaque décision collective correspond à la préférence de l'individu. Le cœur de l'argument est que, si la fonction est concave, alors l'utilitarisme classique sur le plan social recommande des règles de décision qui présentent une proportionnalité dégressive par rapport à la taille de la population.

  • L'exposé sera en anglais.

Programme des années universitaires précédentes

voir les archives ici

haut de page