Pôle Télédétection et Géomatique

Rachid Ragala, Maitre de conférence (Sorbonne Université)

Eric Mermet, Ingénieur de recherche (CNRS)

Partenaire de la plateforme Géomatique de l’EHESS : PSIG

Le pôle de télédétection et géomatique du CAMS regroupe des activités de service d’appui aux travaux de recherche en Sciences Humaines et Sociales impliquant des données géo-spatialisées, et des travaux de recherche motivés par des besoins de la communauté.

Avec le CRH, Le CAMS est un acteur majeur du pilotage et du fonctionnement de la plateforme géomatique de l’EHESS (PSIG). La plateforme accompagne chercheurs et étudiants de tout domaine des SHS (Histoire, Archéologie, Géographie, Sociologie, Anthropologie, Ethnologie, Art et Littérature), pour la mise en place de données à caractère spatial : modélisation, structuration, extraction, analyse, visualisation et cartographie de phénomènes complexes. Les outils mobilisés sont ceux des humanités numériques spatialisées au travers des Systèmes d’Information Géographique (SIG) et des bases de données spatiales, le Traitement Automatique de la Langue (TAL), l’Analyse de données, l’Apprentissage et Intelligence Artificielle, la Visualisation de données.

En télédétection, l’activité concerne l’utilisation d’images satellitaires pour, par exemple, la simulation géoprospective appliquée à la dynamique des paysages et à l’étude de l’étalement urbain. Le CAMS a mis au point de nouvelles chaînes méthodologiques de traitement de données satellitaires à haute (images Landsat) et à très haute (Spot5, Geoeye) résolution spatiale. Le CAMS a développé une modélisation avancée adaptée aux phénomènes complexes en géographie fondée sur les hypergraphes topologiques et sur les modèles de géoprospective territoriale (Land Change Modeler).

Historique

L’activité en télédétection et géomatique est héritière de travaux fondateurs menés aux CAMS dans les années 50 et 60. Le mathématicien Claude Berge développe la théorie des graphes et hypergraphes (Théorie des graphes et ses applications, 1958, Graphes et hypergraphes, 1969) qui sont aux fondements des systèmes d’information géographiques d’aujourd’hui. L’étude mathématique des graphes est toujours un domaine actif au CAMS (voir Mathématiques discrètes). En 1979 le CAMS héberge le laboratoire de Téléanalyse, espace et société (LATES) dirigé par Jean-Paul Gilg. Le LATES apporte alors un soutien à la communauté SHS en matière d’analyse de données géo-spatialisées, et contribue à la formation dans ce domaine.

La plateforme géomatique de l’EHESS d’aujourd’hui porte un double héritage : celui de ces activités du CAMS, et de celles du laboratoire de graphique de l’EHESS fondé par Jacques Bertin en 1954. Ce laboratoire offrait un service de cartographie et de graphique pour les publications. Il a notamment aidé à la conception des cartes des Atlas de la Révolution Française, publiés entre 1985 et 2000.