Systèmes complexes en SHS

En s’appuyant sur l’étude des systèmes complexes, les chercheurs du CAMS travaillent sur les dynamiques urbaines, les humanités numériques ou encore l’analyse de données dans les domaines de la santé, du travail et de la finance.

Qu’ont en commun le mouvement d’une foule, la répartition des habitants dans une ville, les phénomènes de mode, la dynamique des mouvements sociaux ou encore la diffusion des fake news ?
Tous ces phénomènes sont des mouvements collectifs résultant du comportement d’un groupe de personnes, dont les comportements individuels sont interdépendants. L’étude de ces phénomènes économiques et sociaux relève des « systèmes complexes », qui possèdent des propriétés liées aux interactions entre leurs différents éléments constitutifs. Aucune de ces propriétés n’est directement déductible de celles des parties individuelles. Ce sont des « phénomènes collectifs » ou des « propriétés émergentes ».

Comment est-il alors possible de comprendre ces phénomènes collectifs à partir de leurs éléments constitutifs ? Les chercheurs du CAMS sur les systèmes complexes recourent à des outils issus de divers domaines (mathématiques appliquées, physique statistique, informatique et économie théorique) :

  • les équations aux dérivées partielles,
  • les systèmes dynamiques,
  • la physique statistique des systèmes désordonnés,
  • la théorie des graphes, l’analyse de réseaux,
  • la théorie des jeux.

La recherche sur les systèmes complexes fait aussi appel à la simulation numérique et aux systèmes à base d’agents. Pour l’analyse de données, elle a recours aux statistiques, à l’économétrie et à l’apprentissage machine (machine learning, intelligence artificielle).Actuellement, les chercheurs et chercheuses du CAMS travaillent sur :

  • les dynamiques urbaines (émeutes urbaines, étalement urbain),
  • les humanités numériques (diffusion de la connaissance, communautés en ligne, réseaux sociaux),
  • l’analyse de données dans les domaines de la santé, du marché du travail, des marchés financiers.

La thématique transdisciplinaire du CAMS « systèmes complexes » rejoint les domaines des neurosciences et des sciences cognitives. On peut notamment faire appel aux systèmes complexes pour analyser les fonctions cognitives à partir des interactions entre neurones, ou modéliser la dynamique d’évolution des langues nourrie par les interactions entre locuteurs. Par ailleurs, les chercheurs du CAMS développent leur activité de modélisation en collaboration avec des collègues en sciences sociales dans le cadre de projets spécifiques.

Principaux chercheurs impliqués

Membres associés, partenaires

  • Julie Josse, INRIA
  • Luca Rossi, Professeur, Rome
  • Camille Roth, CNRS, Centre Marc Bloch, Berlin
  • ISC-PIF (Institut des Systèmes Complexes Paris Île-de-France). L’EHESS est l’un des partenaires de l’ISC-PIF. Le CAMS est fortement impliqué dans les activités de cet institut.

Séminaires et enseignements

Projets financés

  • TrauMatrix (Analyse de données pour l’amélioration de la prise en charge de patients traumatisés graves). Collaboration APHP, CNRS-EHESS, Inria, Ecole Polytechnique, Capgemini.
  • JobAgile (Analyse de données dans le domaine du marché du travail, financement par BPI France). Collaboration CAMS, Inria Saclay, Qapa, Datiku.
  • HBDEX (Exploitation de Big Data Historiques pour les Humanités Numériques : application aux données financières, ANR, AAP Générique 2017) collaboration CAMS, PSE, INSA Rennes)
  • Forccast IDEFI (Formation par la Cartographie de Controverses à l’Analyse des Sciences et des Techniques)

Anciens projets financés

  • FuturICT 2.0 (European Consortium, ICT and Society, 2016-2019)
  • Algodiv (ANR, 2016-2019)
  • HumanICT, multidisciplinary network
  • FuturICT, a flagship proposal (EC, FP7, Future & Emerging Technologies)
  • SIMPA (Simulation de la parenté / Kinship simulations, project supported by the programme SYSCOMM of the French National Research Agency, the ANR November. 2009-October. 2012)
  • DyXi (Urban Collective Dynamics: Individual and Spatial Heterogeneities, 2009-2012, project supported by the program SYSCOMM of the French National Research Agency, the ANR)
  • Qlectives (Quality Collectives, project funded by the EU under the FP7 FET program, March 2009-February 2013)
  • GSD: Global System Dynamics & Policies, EC Coordinated Action, 2008-2010
  • PPF Systèmes complexes en sciences sociales
  • ELICCIR (2004-2006, project supported by the Action Concertée « Systèmes complexes en Sciences Humaines et Sociales », CNRS & MRNT)
  • Cellule Complexité (Ville de Paris, 2005-2006)
  • Partnership with Northwestern University: Workshop « Dynamics and Complexity in People and Societies », Northwestern University, Evanston 22-24 Oct., 2007

Anciens membres (chercheurs statutaires et postdoctorants)

  • Henri Atlan, Directeur d’études, EHESS & The Human Biology Research Center (HBRC), Hadassah, Jerusalem – retraité
  • Mirta B. Gordon, Directrice de recherche, CNRS, Grenoble – retraitée
  • Daniel Gabay, Directeur de recherche, CNRS, CAMS – retraité
  • Michel Morvan, anciennement Professeur à l’ENS Lyon et Directeur d’études à l’EHESS, actuellement à Cosmo Tech (Co-Founder, Executive Chairman).
  • Leïla Kebir, post-doc, Ville de Paris & EHESS – actuellement Professeure en Tourisme et Economie Territoriale, Université de Lausanne.
  • Ashley Pitcher (post-doc, projet DyXi, sept 2009-août 2011 – actuellement avec la société IQVIA, Copenhagen, Denmark)
  • Telmo Menezes, post-doc, European project Qlectives, 01-01-2011 au 13-12-2011 – actuellement chercheur au Centre Marc Bloch, Berlin
  • Chi-Chun Chen, post-doc, project Qlectives, Jan. 2010-Feb. 2013
  • Floriana Gargiulo, post-doc, project ANR SIMPA, 01-11-2011 / 31-10-2012 – actuellement chargée de recherche CNRS, GEMASS, CNRS & Université Paris-Sorbonne.